Le trail du Miosson

C’est le dernier week-end de janvier, comme d’habitude, la rencontre du trail du Miosson est imminente. Un programme bien chargé avec des parcours plus ou moins coriaces. Environ 700 coureurs sont de la partie, tous en attente du lancement de la course. Je me suis inscrit au 25 km, eh bien, j’ai un objectif à atteindre cette année alors, je ne compte bien y arriver.

Un départ prudent ponctué d’une rencontre familière

Tout doucement, je commence ma course, je suis résolu à éviter un éventuel embouteillage. J’y vais prudemment et là je rencontre un compagnon d’entrainement qui lui aussi est bien rythmé dans sa course. Nous faisons un bout de chemin ensemble. J’accélère en pensant qu’il me suivait mais cela va me couter puisque je suis en train d’épuiser mes ressources énergétiques dès le départ. Alors, je freine et je reprends le rythme prévu. Je continue ma course qui devient un peu corsée avec les côtes que l’on trouve par-ci par-là.

Aux 8 km, je n’arrête pas de vérifier mon chrono pour savoir si je suis dans les temps et jusqu’ici, je crois que tout va bien, j’ai deux minutes d’avance. Je m’hydrate de temps en temps pour optimiser mes ressources. Ensuite, j’avance prudemment et bientôt, ce sont les 16 km.

Objectif visé

Les prochains kilomètres sont une réelle épreuve, j’entends les bourdonnements de la foule et je me dis je vais y arriver, je dois faire mieux que la dernière fois. Ce n’est pas évident pour le kilomètre 24. Étant passionné du trail, je mets toutes les chances de mon côté. Je rencontre un groupe de coureurs que je laisse, ce n’est déjà pas mal jusqu’ici.

Au fur et à mesure, je sens mon souffle se perdre et je me rends compte que cette aventure n’est pas aussi aisée. Avec un terrain tortueux rempli de pierre, des pistes irrégulières, la fatigue prend le dessus. Je crois que je suis à quelques de perdre le contrôle. C’est là le début d’une expérience à ne pas manquer, je ne me laisse pas faire puisque je me suis fixé un objectif. Allez, je continue ma course, plus que quelques kilomètres, ce serait fou de se laisser abattre pour si peu.

Je suis bien équipé et je continue à prendre des forces avec une gorgée d’eau et un morceau de sucre. J’aperçois ma famille qui m’encourage à continuer, bah je me dis, c’est moi la star ici ou quoi. Avec un petit sourire de soulagement, je prends la dernière ligne droite en vérifiant mon chrono : 1 h 30’. En fait, le but est de ne pas excéder les 02 heures.

Je commence à perdre patience puisque je me sens amoché. J’ai mal partout et mes pieds sont engourdis. Mais, mon mental est au beau fixe. Je devance encore quelques traileurs, tout en gardant le rythme et à la vue de mon GPS il me signale plus qu’1 km à faire, je ressens un gros soulagement.

Evidemment, c’est bientôt la fin, j’ai hâte de savoir à combien je suis et là j’ai la surprise de constater 1 h 50’, c’est plus qu’à la hauteur de mes attentes. J’avais bien peur que mon départ ambigu me cause du tort. Voilà, dès l’an prochain, je renouvelle cette aventure du trail de Miosson plus déterminé que jamais.